Les guerres d'Afrique: Des origines à nos jours par Bernard Lugan

Les guerres d'Afrique: Des origines à nos jours

Titre de livre: Les guerres d'Afrique: Des origines à nos jours

Éditeur: Editions du Rocher

ISBN: 2268075311

Auteur: Bernard Lugan


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Bernard Lugan avec Les guerres d'Afrique: Des origines à nos jours

Livres connexes

Extrait Introduction Le long déroulé de l'histoire du continent africain est rythmé par une succession de guerres. Les plus anciennes sont figurées sur les parois peintes du Sahara et de l'Afrique australe ; les plus récentes font l'actualité, de la Libye au Kivu et de la Somalie au Mali. Ce livre qui ne peut naturellement prétendre à l'exhaustivité est construit autour de quatre grandes périodes : les guerres dans l'Afrique précoloniale, lors de la conquête européenne, à l'époque coloniale et aujourd'hui. 1. Dans l'Afrique d' avant les Blancs , et sous l'impulsion des Jihads, tout l'arc sahélien, depuis le Sénégal jusqu'au Soudan, subit une profonde mutation, la guerre religieuse servant de paravent aux sultanats nordistes qui s'étendirent aux dépens des Etats et royaumes animistes. En Afrique centrale et australe, la guerre fut créatrice d'empires, qu'il s'agisse des royaumes Luba, Lunda, Shona ou Zulu. En Afrique orientale, l'impérialisme guerrier et commercial zanzibarite précéda l'expansion européenne et il s'étendit vers l'Ouest, jusqu'au centre de la forêt congolaise, bouleversant les rapports de force et entraînant la mutation de nombre de sociétés. 2. Avec la conquête coloniale, les Afriques furent confrontées à la modernité européenne. A l'exception de l'échec italien en Ethiopie, les guerres y tournèrent toutes à l'avantage des colonisateurs, même si, ici ou là, des batailles retardatrices furent occasionnellement remportées par les Africains. 3. Durant la période coloniale, l'Afrique connut les deux conflits mondiaux. La parenthèse impériale fut ensuite refermée sans affrontements majeurs, sans ces combats de grande intensité qui ravagèrent l'Indochine. Les guérillas nationalistes n'y furent jamais en mesure de l'emporter sur le terrain, pas plus en Algérie que dans le domaine portugais - à l'exception peut-être de la Guinée-Bissau -, ou encore en Rhodés